icône RSS icône Accueil
  • Intervention de Laurence Cohen sur la Convention d’Istanbul

    Posté le 12 mai 2014 Front de Gauche Pas de commentaire

    Intervention de Laurence Cohen
    Sénatrice du Val-de-Marne
    Groupe CRC
    Projet de loi N°1026 « Ratification de la convention du conseil de
    l’Europe sur la prévention et la lutte contre les violences
    à l’égard des femmes et la violences domestique »

    Monsieur le Ministre
    Monsieur le Président
    Cher-es collègues

    Tout d’abord, je souhaiterais dire ma satisfaction à ce que l’on puisse aujourd’hui s’exprimer sur ce texte, contrairement à l’Assemblée
    Nationale qui l’a adopté sans en discuter sur le fond.

    Car pour mon groupe, et j’espère que nous ne sommes pas les seuls, ce projet de loi revêt un caractère important.

    Important, d’une part, sur la procédure en elle-même qui nous demande, après avoir signé la convention en 2011, de la ratifier. Plus de dix Etats l’ont dores et déjà fait, son entrée en vigueur se fera donc dès le 1 er août prochain, ce qui constitue une très bonne nouvelle.

    Important d’autre part, sur la thématique. Les violences faites aux femmes, dans la sphère publique comme dans la sphère privée, constituent toujours un fléau malheureusement universel. Ces violences s’expriment sous différentes formes, de la façon la plus insidieuse à la plus visible, mais reflètent dans tous les cas, la domination masculine, poussée à son paroxysme, exercée sur le deuxième sexe.

    Bien entendu, nous ne nions pas les cas de violences à l’encontre de certains hommes, qui peuvent eux aussi en être les cibles, mais les chiffres sont sans appel, et témoignent d’un phénomène de masse dont les femmes sont les principales victimes. Pour ne prendre que quelques chiffres illustrant cette réalité en France et figurant dans l’étude d’impact, je rappellerai qu’au cours des deux dernières années, 300 000 femmes ont été victimes de violences sexuelles, auxquelles il faut ajouter 160 000 femmes victimes de viols ou de tentatives de viol. Toujours au cours des deux dernières années, une femme sur sept a été insultée, le plus souvent par des propos sexistes. Une femme sur vingt a subi des gestes déplacés, très souvent sur son lieu de travail.

    Lire la suite …

  • Le 25 mai, votons pour les listes Front de Gauche

    Posté le 12 mai 2014 Front de Gauche Pas de commentaire

    Le 25 mai auront lieu les élections européennes, les femmes des milieux populaires sont concernées, l’UE se construit sur leur dos !
    NON à l’UE qui renforce la surexploitation des femmes travailleuses.

    La Commission européenne (CE), la Banque centrale européenne (BCE), dictent aux peuples de l’Union les plans d’austérité à répétition synonymes de chômage, de précarité et de destruction des services publics.

    Sous leur houlette, « compétitivité », « diminution du coût du travail » sont devenus des dogmes que les gouvernements de chaque pays récitent et appliquent. En France, les gouvernements de Sarkozy comme ceux de Hollande, travaillent main dans la main avec la CE et la BCE pour élaborer ces politiques et nous les imposer.

    Partout, ce sont les femmes des milieux populaires les grandes perdantes La traduction en est un peu partout : diminution des salaires, allongement de l’âge de départ à la retraite, gel des pensions, baisse des prestations sociales. L’UE se construit en jetant des millions
    de femmes dans la pauvreté. La précarité du travail se généralise, et les femmes sont particulièrement touchées, tout comme elles le sont par les bas salaires qui les concernent en premier dans tous les pays de l’Union.

    Malgré la pléthore de directives (14) pour promouvoir l’égalité des chances, l’écart des salaires entre les homme s et les femmes n’est pas en train de se réduire ; dans certains cas mêmes, elle augmente. L’Union européenne de l’austérité alimente les mécanismes pour maintenir cette inégalité en cantonnant les femmes dans des secteurs d’activité très mal payés .

    NON à l’UE qui casse les services publics rendant plus difficile la vie des femmes. Si les soins se dégradent pour tous, ce sont encore les femmes qui sont très pénalisées. Regardons la Grèce, où elles ne sont pas admises dans les hôpitaux si elles n’ont pas de quoi payer leur accouchement. Le secteur public de la santé est démantelé dans plusieurs pays : Grèce, Espagne, France… Nombreuses sont celles qui ne sont pas assurées et qui repoussent les soins, mettant en péril leur santé et leur vie.

    Dans les pays où l’État intervient pour proposer des services d’accueil des enfants en bas âge, des cantines scolaires…, la politique d’austérité les réduit, voire les supprime .

    Lire la suite …

  • Les féministes contre les politiques d’austérité

    Posté le 12 mai 2014 Front de Gauche Pas de commentaire

  • Elections Européennes : le féminisme au coeur du FDG !

    Posté le 18 avril 2014 delphine Pas de commentaire

    invit_ini_avortement_26_avril

  • Projet de loi égalité femmes-hommes : un premier jalon vers l’égalité réelle mais …

    Posté le 18 avril 2014 delphine Pas de commentaire

    Logo_du_Sénat_Republique_française.svg

    Communiqué du groupe CRC au sénat : 

    Nous nous félicitons de l’adoption, cette nuit au Sénat, du projet de loi égalité femmes hommes.Les amendements que nous avons présentés ont permis de réintroduire des dispositions relatives à la parité dans les conseils d’administration des établissements publics, dispositions qui avaient été supprimées par la commission des lois du Sénat. Sur cette question, il nous semble en effet que l’Etat doit faire preuve d’exemplarité.

    Le Sénat a également conforté, face à l’opposition d’une partie de l’UMP, la suppression de la condition de « situation de détresse » pour recourir à l’interruption volontaire de grossesse. Dans un contexte où les droits des femmes sont attaqués, notamment en Espagne, cette décision nous parait particulièrement importante. Il était temps que la loi reconnaisse aux femmes la libre appréciation de mettre fin ou non à une grossesse, car recourir à une IVG n’est jamais un acte banal.

    Une disposition assurant une protection contre le licenciement aux hommes salariés au cours des quatre semaines qui suivent la naissance de l’enfant a également été réintroduite en séance publique. Reste que le volet consacré à l’égalité professionnelle et salariale et à la précarité, quitouche tant de salariées, est le maillon faible de ce projet de loi.

    Nous regrettons aussi de ne pas avoir pu faire adopter, comme en première lecture, l’impossibilité de recourir à la médiation pénale en cas de violences conjugales, ni de n’avoir pu faire davantage progresser les droits des femmes étrangères victimes de violences. L’examen de ce projet de loi montre que le chemin vers l’égalité réelle est encore long. Ce texte est un premier jalon, d’autres seront nécessaires pour y parvenir et nous continuerons donc de porter les mesures contenues dans la proposition de loi que nous avons déposée en juillet 2013.


    Paris, le 18 avril 2014

  • Le combat pour l’abolition du système prostitutionnel doit continuer !

    Posté le 17 avril 2014 delphine Pas de commentaire

    1353884221-international-protest-against-violence-toward-women-paris_16323691-375x251Suite à la nomination de Laurence Rossignol au secrétariat d’Etat à la famille, la commission spéciale du sénat sur la proposition de loi de la lutte contre le système prostitutionnel s’est retrouvé quelques temps sans rapporteure. Nous espérons que la nouvelle rapporteure élue hier, Michèle Meunier, mettra toute l’énergie nécessaire à porter cette proposition de loi devant le sénat pour que la pénalisation du client et les mesures sociales d’accompagnement des victimes de la prostitution soient appliquées le plus rapidement possible.

    En effet, alors que le gouvernement annonce des mesures économiques qui fragiliseront encore d’avantage les personnes les plus vulnérables, dont les femmes, il ne faudrait pas laisser croire comme le font les lobby pro-prostitution que la prostitution est une activité professionnelle qui puisse être une alternative.

    Si les agressions envers les personnes prostituées sont en augmentation, c’est bien le signal de l’urgence à renverser la charge qui pèse aujourd’hui sur les victimes du système prostitutionnel. La pénalisation du client permettra enfin aux personnes prostituées d’être reconnues victimes et non coupables ; elles auront alors les moyens de dénoncer les agressions qu’elles subissent et plus encore des moyens de sortir du système.

    Par ailleurs le Parlement Européen a voté récemment un rapport recommandant la pénalisation du client. Nous espérons donc que le gouvernement, si prompt à appliquer les directives économiques européennes saura y voir un appui et une orientation à suivre aussi scrupuleusement !

    Delphine Beauvois, Secrétaire nationale au Féminisme et à l’égalité 

    - See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/le-combat-pour-abolition-systeme-prostitutionnel-doit-continuer-27941#sthash.cK2XMOJK.dpuf

  • UNION EUROPÉENNE : LE CORPS DES FEMMES N’EST PAS UNE MARCHANDISE !

    Posté le 15 avril 2014 delphine Pas de commentaire

    gabriel-amardDans une interview au quotidien les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), le président du Parti populaire européen (PPE) Joseph Daul raconte ses souvenirs de jeunesse et semble convaincu que son argument fait mouche auprès des jeunes. Pour lui, l’Europe est une bonne chose : la preuve, cela a facilité l’accès au porno !

    Faut-il lui rappeler que la pornographie participe de l’oppression des femmes ? Tout comme la prostitution, qui n’est pas un métier comme un autre mais une violence – le Parlement européen dont il est membre a d’ailleurs voté un rapport recommandant la pénalisation du client ! – la pornographie est une industrie qui exploite les femmes.

    Le ton badin qu’il emploie pour parler d’un système qui place les femmes au rang de marchandises ne peut pas être toléré.

    Le retour des réactionnaires et des conservateurs au Parlement européen est alarmant, ils s’attaquent frontalement aux droits et libertés des femmes : remise en cause du droit à l’avortement, politique austéritaire qui précarise en premier lieu les femmes etc.5608_1222972294131_1223684968_655880_3979513_n

    Cette déclaration témoigne une fois de plus de la misogynie de ces néocons. Le 25 mai en votant Front de Gauche, réglons nos comptes avec les réactionnaires et imposons l’égalité femmes-hommes !

    Gabriel Amard, tête de liste Front de Gauche, aux élections européennes dans la circonscription Est
    Delphine Beauvois, secrétaire nationale du Parti de Gauche

    http://www.gabrielamard.eu/index.php/communiques/90-union-europeenne-le-corps-des-femmes-n-est-pas-une-marchandise

  • Soutien aux espagnoles du groupe CRC au sénat !

    Posté le 10 avril 2014 delphine Pas de commentaire

    132432_854634067886166_220356885996055941_o

    COMMUNIQUE DE PRESSE :

    Les sénatrices et sénateurs du groupe Communiste Républicain et Citoyen ont quitté l’hémicycle au moment du salut rendu par le Sénat français au président du Sénat espagnol, Pio Garcia-Escudero, en raison de son action politique contre le droit à l’avortement des femmes espagnoles.

    10 avril 2014

  • Manifestation le 8 mars pour les droits des femmes

    Posté le 4 mars 2014 Front de Gauche Pas de commentaire

    tract_femmes_8mars_2014

  • 8 mars 2014 : Ce que nous voulons c’est l’EGALITE !

    Posté le 2 mars 2014 delphine Pas de commentaire
    Appel du CNDF signé par le Parti de Gauche, le PCF et le FDG féministe
    1460971_258349577659565_546552513_nNon, pour les droits des femmes, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Comme d’habitude, en période de crise, ce sont nos droits qui sont les premiers remis en cause : attaques tous azimuts contre les ABCD de l’Égalité, campagnes de retrait de l’école contre une pseudo théorie du genre qui ferait florès, recul sur la PMA, volonté de certains députés de dérembourser l’avortement, critiques contre la suppression de l’état de détresse pour l’IVG, etc.
     Ces forces réactionnaires prônent la « complémentarité des sexes » en vertu d’un supposé ordre naturel : maman met au monde les enfants, s’en occupe à la maison, assume l’ensemble des tâches ménagères, éventuellement va un peu travailler pour gagner un misérable salaire d’appoint. Papa est M. Gagnepain et garantit les revenus du foyer.
    Ce qu’ils refusent dans le projet « ABCD de l’égalité », c’est la lutte contre les inégalités filles/garçons, l’explication que ces inégalités ne sont pas données à la naissance mais totalement construites par la société. Une conception de la famille vieille de plus de 50 ans, d’avant le MLF contemporain !
    PARCE QUE CES FORCES SONT POUR UNE SOCIÉTÉ INÉGALITAIRE, IMMUABLE, OÙ CHACUN RESTE À SA PLACE. ET POUR LES FILLES, LES FEMMES, LA PORTION CONGRUE….
    Ils sont rejoints idéologiquement par une extrême–droite nauséabonde, antisémite et raciste, qui relève la tête partout en Europe et qui se fait fort d’en finir avec les droits des femmes, des lesbiennes et des gays. La volonté de supprimer le droit à l’avortement en Espagne en est une illustration.
     Le gouvernement capitulerait-il devant eux pour de sordides calculs électoraux ? : enterrement de la PMA, suppression du mot genre des circulaires, manuels et livres de l’Éducation Nationale, renvoi de la loi famille aux calendes grecques. Cependant, Jean Marc Ayrault prête dès à présent une oreille attentive aux revendications des masculinistes sur la résidence alternée. Il veut donner satisfaction aux 10 hommes juchés sur des grues face aux milliers de femmes divorcées et/ou victimes de violences conjugales.
    Où sont les convictions de cette gauche-là ?
     Le gouvernement s’allie au Medef avec son Pacte de responsabilité, cadeau fait au patronat. Sa politique économique et sociale contribue à éroder encore un peu plus les droits des femmes. La réforme sur les retraites, en allongeant les cotisations à 43 ans, créé les conditions pour que le nombre de femmes partant avec des pensions incomplètes augmente dans des proportions considérables. La loi relative à la sécurisation de l’emploi de juin 2013, censée encadrer le temps partiel, va pouvoir être contournée par des accords de branche et 8 dérogations par an. La loi égalité femmes/hommes, censée quasiment « solder » le dossier égalité femmes/hommes, encore en discussion au Parlement, ne prévoit pour combattre la précarité qu’un renforcement d’une loi existant déjà sur le recouvrement des pensions alimentaires non payées, et seulement en « expérimentation » dans quelques départements ! Rien n’est prévu pour revaloriser les bas salaires, ni pour étendre aux entreprises de moins de 50 salariéEs, où se concentre la précarité des femmes, les mesures existantes, appliquées de façon fort contrastée.
    Enfin, il n’est jamais question d’abroger la loi Hôpital Patients Santé Territoire qui démantèle l’hôpital public provoquant déjà la fermeture de plus de 1000 maternités avec plus de 160 centres IVG, mettant de fait en péril l’accès à l’avortement.
    8 de marzo ON NE FAIT PAS BARRAGE À L’EXTRÊME-DROITE EN RECULANT FACE À ELLE, MAIS EN INSTAURANT LA JUSTICE SOCIALE ET EN MARCHANT D’UN PAS AFFIRMÉ VERS L’ÉGALITÉ ET LE PROGRÈS SOCIAL.
    NOUS FÉMINISTES APPELONS A LA MOBILISATION ET A LA RÉSISTANCE CONTRE L’EXTRÊME-DROITE .
    NOUS FÉMINISTES D’AUJOURD’HUI NOUS NE NOUS BATTONS PAS DEPUIS PLUS DE 40 ANS POUR RETOURNER À NOS CASSEROLES ET NOS TORCHONS.
     LE TORCHON POURRAIT BRÛLER DE NOUVEAU !
     Ce que nous voulons :
     ·        POUR LE DROIT A DISPOSER DE NOTRE CORPS :
    DES centres d’Ivg dans tous les hôpitaux avec le choix de la méthode et un personnel dédié
    L’Abrogation de la loi HPST et de la tarification à l’activité
    La PMA pour toutes les femmes, non à la GPA
    Une loi-cadre contre les violences faites aux femmes comprenant une éducation non sexiste et non lesbo-homophobe à tous les stades de la scolarité
    ·        POUR NOTRE AUTONOMIE FINANCIÈRE ET SOCIALE :
    La revalorisation des bas salaires, la revalorisation des métiers et l’augmentation des salaires dans tous les secteurs professionnels féminisés 
    L’abrogation de la loi de juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi
    Un véritable service public de la petite enfance et des personnes dépendantes.
      ·        POUR L’ÉGALITÉ DES DROITS
    Le droit de vote pour les étrangères et étrangers.
    Un statut autonome pour les femmes étrangères.
    La régularisation de tous les sans papiers
    Le droit d’asile pour les femmes persécutées pour fait de sexisme et de lesbophobie
     
    TOUTES ET TOUS LE SAMEDI 8 MARS , 14H30 DE BASTILLE A RICHELIEU DROUOT